Jean, 36 ans
« Parler en public : mon cauchemar » (extraits du livre L’autohypnose, c’est malin)

« Je suis ingénieur-conseil dans une entreprise informatique. Mon travail me passionne, il consiste, comme son nom l’indique, à conseiller des clients sur les meilleures solutions informatiques à adopter pour leur entreprise.

Mon problème, c’est que je viens d’être nommé chef de projet et que je vais être obligé de faire périodiquement des présentations en public. Jusqu’à présent, les rares fois où j’ai été obligé de faire de telles présentations, j’ai eu des insomnies pendant toute la semaine qui a précédé la présentation. J’avais en permanence comme une boule au niveau de l’estomac et j’avais du mal à respirer. Je me jouais sans cesse des scènes similaires que j’avais vécues dans le passé.

Même si j’ai passé des nuits entières à préparer mon texte, le moment venu, c’était l’horreur. Je me suis mis à transpirer, mes mains tremblaient, le texte se brouillait devant mes yeux et les mots sortaient tellement difficilement que ma présentation était incompréhensible. Je me sentais totalement ridicule. Le plus étrange dans l’histoire, c’est qu’un de mes collègues m’a dit, sans rire : « Pas mal ta présentation ! » Je suis persuadé qu’il se moquait de moi.

La pensée que ce cauchemar va se répéter assez souvent a failli me pousser à refuser cette promotion. »

Pour vous faire une idée des transes proposées dans des cas tels que celui-ci, lire  L’autohypnose, c’est malin, Jean-Michel Jakobowicz, éditions Leduc, mars 2014.

 

Retour